Reportages dans l'Est

Inauguration de l’école des préposés Montbéliard 1951

L’École d’application de Montbéliard, première école douanière ouverte en 1938, assure la formation théorique des  préposés. Stoppé en 1939 par la Seconde Guerre mondiale, le recrutement reprend en 1946 au Château de Montbéliard, après des travaux de rénovation conduits par la ville. Réorganisant ses écoles en 1950, l’administration décide de célébrer l’inauguration de l’École nationale des brigades des douanes de Montbéliard et de marquer ainsi l’évolution de la formation.
Le stage des préposés devient à la fois théorique et pratique et l’école forme les matelots et les motocyclistes. La cérémonie a lieu le 15 décembre 1951 dans la cour du château. Le Directeur Général des douanes, Georges Degois, et son Conseil d’Administration reçoivent les autorités locales, civiles et militaires. Les défilés des élèves sont accompagnées de la musique des douanes de Marseille. Le premier groupe motocycliste douanier, encore en apprentissage à Paris, accentue le renouveau des formations.
Sur ce cliché, on aperçoit au second plan Aimé Pommier en train de filmer l’alignement des motocyclistes qui viennent d’effectuer une manoeuvre d’ensemble pour se présenter aux autorités présentes.

Photo publiée dans le Journal de la Formation Professionnelle n°15, 1952 (Reportage photographique sur l’inauguration de l’école et la cérémonie de remise du drapeau des bataillons douaniers). Le film documentaire réalisé par Aimé Pommier lors de cette inauguration est conservé aux Archives Françaises du Film (Bois d’Arcy, Yvelines).

Ecole de ski des douanes Morzine 1950

La fraude locale au niveau des frontières en montagne concerne de petites quantités d’objets de grande valeur (horlogerie, capitaux, or...) ou prohibés. Après la Seconde Guerre mondiale, la douane dispose de peu d’agents dans les brigades de skieurs pour lutter contre cette fraude. Les réformes de 1950 réorganisent la formation des douaniers skieurs : pour compléter les stages encadrés par l’armée dans la commune des Rousses (Jura), une écolede ski y est créée pour les douaniers ainsi qu’une nouvelle école à Morzine en Haute-Savoie.
Cette dernière peut accueillir une vingtaine d’agents en provenance des brigades de montagnes du sud du territoire tout au long de la saison. Elle propose une session pour les débutants sur les pistes proches de l’école et une autre pour les skieurs confirmés qui empruntent le téléphérique du Pleney (Morzine) pour s’entraîner sur des terrains plus difficiles. L’accent est mis sur l’endurance et le ski de fond pour former à la recherche et la poursuite des fraudeurs. L’école prête l’uniforme et le matériel nécessaires. À la fin du stage, des épreuves de fond sont organisées afin de délivrer le brevet de douanier skieur aux élèves obtenant la moyenne suffisante.
Sur cette photo, les stagiaires arborent le béret, apanage des brigades de montagne, et le pantalon fuseau délivré aux agents skieurs.

Photo publiée dans le Journal de la Formation Professionnelle, n°9-10, 1951, extraite du film documentaire « Douaniers dans les neiges ».

Bureau de contrôle routier international Kehl (pont) 1950

En 1950, Kehl, ville située dans le pays de Bade (sud-ouest de l’Allemagne), est toujours sous régime d’occupation française. Des accords voient le jour pour rendre progressivement la souveraineté à la République Fédérale d’Allemagne et l’intégrer dans un processus de défense européen dans un contexte de tensions politiques internationales et de militarisation en République Démocratique d’Allemagne. Le pont situé à Kehl, à la frontière entre la France et l’Allemagne, est un point de passage important pour les échanges commerciaux et donc pour la douane.
Sur cette photographie, on aperçoit un bâtiment en éléments préfabriqués construit en janvier 1950 pour le contrôle des voyageurs où la circulation facilitée et l’éclairage amélioré sont soutenus par le confort moderne des bureaux. Il fonctionne comme un bureau de contrôle juxtaposé sur une frontière classique. L’endroit est conçu comme un premier essai de gare routière internationale.
Les trois hommes présents illustrent l’évolution politique vers la coopération et la reconnaissance de la R.F.A. : à gauche se trouve un agent des bureaux de douanes françaises, avec son képi et son manteau de coupe militaire ; au centre, un douanier français du service des bureaux qui assure ses missions en territoire allemand occupé, vêtu d’une vareuse kaki à écusson ; et à droite un douanier allemand avec sa pèlerine et sa casquette.