High Altitudes

La série High Altitudes révèle quant à elle une vision beaucoup plus anxiogène que la frontière peut provoquer. La présence oppressante du minéral révèle un territoire aride et stérile. En outre, l'observation attentive des clichés dévoile la présence de bunkers, de meurtrières, d’ouvertures dissimulées, expressions de conflits passés. Pourquoi ces fortifications ? Pourquoi sont-elles encore présentes ? Cette image dérangeante d’une frontière agressive heurte nos visions d’européens « sans frontières » du vingt-et-unième siècle et nous rappelle à la fois les conflits passés, la jeunesse de la paix en Europe, et celle de l’Union Européenne, dont la Suisse demeure extérieure. Pourtant, toujours grâce à son regard attentif, Anna-Katharina SCHEIDEGGER décèle finalement dans ces paysages une certaine émotion, à travers la lutte que les hommes ont engagé avec la montagne, pour parvenir à s’y immiscer malgré tous les obstacles de la nature et l’âpreté de la tâche.

A travers ces deux séries photographiques, portées par une vision unique, tout est dit : la séparation inhérente à toute société humaine s’impose sur son environnement. Elle prendra un visage guerrier ou serein selon notre appréhension des événements. Son empreinte sur le territoire sera plus ou moins pérenne et invasive. A nous de décider quel visage nous souhaitons montrer.

"Pendant la Deuxième Guerre mondiale, l’armée suisse a construit le fameux "réduit". Dans le massif du Gotthard (où l'on trouve d’ailleurs la pierre la plus résistante), un système de tunnels et de bunkers a été mis en place. Le but était de créer un refuge dans le cas d'une invasion par les Allemands. Cette intervention était complètement absurde et m’a presque rappelé des jeux enfantins. Ce qui est touchant est l’apparence et le perfectionnisme des abris et portes, le camouflage poussé à de vrais trompe-l’oeil dans des endroits complètements inaccessibles. Ce qui pourrait apparaître comme ridicule, se présente finalement dans son soin dans la construction comme des sculptures gigantesques, comme une sorte de lutte entre humain et nature ou encore comme un pacte d’un abri tendre. Dans High Altitudes je montre la tension entre une présence forte et insurmontable de la nature et les interventions de l’être humain dans l'environnement extrême des Alpes suisses. La série donne à voir les traces architecturales dans la pierre massive de la montagne, poussées à la pure fonctionnalité, avec une apparence minimaliste et étrangement esthétique."

Anna-Katharina SCHEIDEGGER.

High Altitudes Crédit photo : A.K. SCHEIDEGGER

High Altitudes

C print

150 x 120 cm

2007

High Altitudes Crédit photo : A.K. SCHEIDEGGER

High Altitudes

C print

150 x 120 cm

2007

High Altitudes Crédit photo : A.K. SCHEIDEGGER

High Altitudes

C print

150 x 120 cm

2007

High Altitudes Crédit photo : A.K. SCHEIDEGGER

High Altitudes

C print

150 x 120 cm

2007

High Altitudes Crédit photo : A.K. SCHEIDEGGER

High Altitudes

C print

150 x 120 cm

2007

High Altitudes Crédit photo : A.K. SCHEIDEGGER

High Altitudes

C print

150 x 120 cm

2007

High Altitudes Crédit photo : A.K. SCHEIDEGGER

High Altitudes

C print

150 x 120 cm

2007

High Altitudes Crédit photo : A.K. SCHEIDEGGER

High Altitudes

C print

150 x 120 cm

2007

High Altitudes Crédit photo : A.K. SCHEIDEGGER

High Altitudes

C print

150 x 120 cm

2007